Rechercher

La transformation numérique du monde de l'art

En mai dernier, la maison de vente Art-Rite fait le buzz en annonçant la mise à l’enchère d’une œuvre insolite. Le plasticien Salvatore Garau proposait aux enchères de Milan une sculpture « invisible ». Estimée à 6000 euros, elle sera acheté plus du double, cette œuvre bien qu’impalpable est vendue avec un certificat d’authenticité et un guide d’exposition. En effet, cette sculpture sans matière doit être exposée dans des conditions précises. Un espace de 150 x 150 cm au centre d’un espace signalée au sol à l’aide d’un ruban adhésif.


Dans un genre très proche, il y a la Banane scotchée au mur de Maurizio Cattelan vendue 150 000 euros en 2019, le marché de l’art est désormais devenu coutumier de la polémique.

Ces œuvres vendues à des prix exorbitants montrent les limites de l’art contemporains aux yeux du monde. Ainsi les galeries d’art et les maisons de vente en profitent et jouent l’effet surprise pour vendre des œuvres d’arts conceptuels et quand même improbables.


Ne pouvant plus présenter d’œuvres physiques durant la pandémie, les différentes structures du marché de l’art ont essayé d’attirer les acheteurs grâce aux supports digitaux ?


Qu’est-ce que le marché de l’art ?


Le marché de l’art est l’ensemble des transactions d’œuvres d’art. Il comprend deux marchés distincts. 1-Le premier marché correspond à l’ensemble des œuvres vendues pour la première fois dans des galeries d’art traditionnelles ou celle en ligne et les foires d’art.

2- Le second marché correspond aux œuvres qui sont revendues, en maison de vente ou lors de ventes privées.

La transition numérique au service de la démocratisation de l’art.


Le principal effet de la digitalisation du marché de l’art est son ouverture sur le public. Autrefois limité à une élite ou à des individus fortunés, le marché de l’art s’est offert une visibilité bien plus large.

Les amateurs d’art ou non sont plus nombreux à pouvoir consulter des œuvres sur internet et viennent de classes sociales nouvelles qui était avant peu concernées.


Le marché de l’art devient accessible. Instagram est son principal support pour toucher les amateurs d’art. 29% des acheteurs d’art des 25-35 ans préfèrent l’achat en ligne.

Les sites internet des galeries sont désormais considérés comme de jolies vitrines. Les vendeurs d’art se tentent à l’ouverture du e-commerce sur leur propre site internet. Les supports digitaux ont permis de proposer l’ensemble des catalogues des galeries de manière instantanée et bien souvent gratuite en proposant même un service de livraison.


Du coté des acheteurs, il est possible de participer en ligne à une vente aux enchères en salle de ventes ce qui engendre le plus de flux financier. L’immédiateté d’Internet permet aux ventes aux enchères de garder la même image intense avec les mêmes fortunes du monde entier qui s’arrachent désormais les œuvres les plus onéreuses du marché à coup de clics.


Les innovations digitales apportent de la clarté au marché de l’art. Anciennement marché opaque, les supports digitaux répondent à une demande de transparence de la part des acheteurs d’art :

• L’affichage des prix apparaît quasiment à chaque fois car les acheteurs en ligne exigent la transparence sur le prix des œuvres.

• La possibilité de suivre les artistes sur les réseaux sociaux permet de créer un lien avec les artistes et c’est a ces derniers d’imaginer la meilleure façon de communiquer autour de leurs différentes pratiques.

• La réalité augmentée permet aux acquéreurs de mettre en situation leurs possibles achats dans n’importe quel espace. Comme placer l’œuvre au sein de son propre appartement ou avoir un meilleur rendu des dimensions.

• L’apparition des ventes privées qui aujourd’hui permet de jouer sur la bonne opportunité de s’offrir une œuvre d’art à un prix attractif.


L’arrivée de la Blockchain dans le marché de l’art.


L’entrée de la numérisation dans le marché de l’art existe depuis plusieurs années. Mais la digitalisation de l’art a vu un nouveau phénomène mis en durant la pandémie : La Blockchain qui correspond à la dématérialisation des monnaies mais surtout des œuvres et telle la sculpture invisible de Salvatore Garau, les œuvres en prenant une forme numérique contribue à l’apparition de l’art immatériel et impalpable.


Septembre 2021 - Rédaction www.agence-wdp.com

18 vues0 commentaire